top of page

Remiremont – Les moteurs Italiens ont rugi au Champ de Mars

Dernière mise à jour : 6 juin 2022

Le centre de Remiremont a vibré au son des moteurs des belles italiennes rassemblées, pour l’occasion, dans le cadre de la 10e édition de la Scoperta Italiana, organisée par l’Amicale Club des Voitures Italiennes (ACVI).

(Photo Alain Reynders)

Un rassemblement de belles sportives

Plus de 100 voitures, se sont retrouvées sur le Champ de Mars pour afficher leurs plus beaux atours lors de cette journée de fête.

Lamborghini, Ferrari, Maserati, Alfa Roméo, Fiat Abarth, Lancia et même une ancienne Bugatti de 1927 sont venues concourir d’élégance.

Plus de 100 voitures livrées aux yeux des romarimontains (Photo Alain Reynders)


Toute la journée a résonné aux couleurs italiennes. D’abord certaines d’entre-elles ont participé à une balade qui les a conduit à Saint-Nabord, Eloyes, Xamontarupt, Rehaupal, au Col de Bonne Fontaine, à l’étang noir de Rupt, Saint-Amé, Saint-Etienne-lès-Remiremont pour finir par la traversée des rues romarimontaines. Un périple de 57.6 kilomètres sur des routes vosgiennes asséchées.

Il est à noter que tous les véhicules sont couverts par une assurance en cours de validité.

(Photo Alain Reynders)

Une pause transalpine

La pause méridienne s’est également mise aux couleurs et saveurs italiennes. Les participants ont pu déguster des tomates Mozzarelle en entrée, de l’émincé de dinde et polenta ensuite et ont terminé leur festin par l’incontournable Tiramisu


(Photo ACVI)


Plus tard, dans l’après-midi, a eu lieu l’élection des plus belles italiennes (on parle toujours de voitures). Certaines ont pris la pose en compagnie de participants du "Carnaval Vénitien" venus spécialement pour l’occasion, juste avant un orage.

Patrick Simon, président de l'ACVI et Jean-Benoît Tisserand maire de Remiremont (Photo Alain Reynders)

(Photos Alain Reynders)


Plus tôt, durant la matinée, les organisateurs ont reçu la visite de Jean-Benoît Tisserand le maire de Remiremont qui s’est laissé guider par Patrick Simon, le président de l’ACVI, organisateur du jour, vers des mécaniques d’exception, frappées d’un beau cheval cabré.

Une démonstration esthétique à l’italienne

Nombreux ont été les visiteurs à venir admirer la qualité de l’industrie automobile italienne qu’elle soit contemporaine ou passée.

Les modèles contemporains - Maserati (Photo Alain Reynders)

L'Alfa Roméo 4 C (conçue dans les ateliers Maserati) a attiré l'attention (Photo Alain Reynders)

(Photo Alain Reynders)

Détail intérieur d'une Ferrari (Photo Alain Reynders)


Les véhicules plus récents ont frappé par la fluidité et la perfection de leurs lignes. Que ce soit Ferrari, Lamborghini, Maserati ou encore les Fiat Abarth, toutes ont suscité la curiosité et l’admiration.

La Fiat X1.9 Dallara 90 dans les rues de Remiremont (Photo Alain Reynders)

La rarissime Lancia Flavia sport Zagato de Hugues Hazard (Photo Alain Reynders)

La mythique Alfa Roméo 1300 Ti de 1965 (grande rivale en son temps de la Renault R8 Gordini) - (Photo Alain Reynders)

L’Alfa Roméo GTV 2000 Bertone a dévoilé son trésor caché dans le capot (Photo A Reynders)


Dans les anciens modèles certains ne sont pas passés inaperçus comme l’Alfa Giulia 1750 GTam, la Lancia Fulvia 1600 Hf de 1972 qui a concouru en groupe 3, la Fiat X1.9 Dallara 90, La Fiat 131 Abarth ou encore l’Alfa Roméo GTV 2000 Bertone, la rarissime Lancia Flavia sport Zagato de Hugues Hazard, la mythique Alfa Roméo 1300 Ti de 1965 (grande rivale en son temps de la Renault R8 Gordini) sans oublier ce vestige du passé, la merveilleuse Bugatti Type 37.

Une Bugatti de 1927.

(Photos Alain Reynders)


Voiture d’un autre temps, avec laquelle (en version T35) les pilotes ont risqué leur vie dès les premiers tours de roue, cet ancêtre a attiré la foule. Ce modèle Bugatti de Type 37 a présenté un moteur 4 cylindres, un arbre à came en tête, 3 soupapes par cylindre, un carburateur solex, un embrayage multidisques, une boîte 4 vitesses (+ marche arrière), une direction actionnée par vis sans fin et roue hélicoïdale…Bref une voiture d’une autre époque qui a suscité l’admiration des visiteurs. C’est le type de véhicule (en version T35) qu’ont conduit les grands pilotes du début des années trente, comme Meo Costantini, les français Jules Goux, Philipe Etancelin….


L’intérieur de la Bugatti de 1927 (Photo Alain Reynders)


A la fin de la journée les participants sont repartis dans de joyeuses pétarades, pour marquer la fin d’une belle dixième édition de la Scoperta Italiana.

Alain Reynders

196 vues0 commentaire
Carte de visite 1.jpg

Site d' infos vosgiennes. L'actualité qui vous ressemble avec Actuvosges.fr

bottom of page