top of page

Épinal – Les invités de la Biennale internationale «Fenêtres sur cours», accueillis comme des stars

C’était une originalité annoncée par Daniel Visse, le président de l’association "Grand Angle", à l’initiative de cette biennale internationale de la photographie : «Nous recevrons les 22 photographes à la façon d’un festival du film de la côte d’Azur…Les marches en moins»

Les invités sont arrivés jusqu'au tapis rouge (Photo Alain Reynders)

Une arrivée individuelle saluée par les autorités.

C’est sous les crépitements des appareils des photographes de presse et sous les applaudissements de ses membres de l’association Grand Angle que les stars du jour ont été accueillies.

La presse s'est installée pour recevoir ses homologues photographes (Photo Alain Reynders)

(Photos Alain Reynders)



Il a régné une ambiance festive, conviviale et tellement rafraîchissante lors de ce nouvel événement culturel à l’Espace Cours d’Épinal.

Une fois encore, le parc et l’Espace Cours ont démontré à quel point ils pouvaient être, ensemble, un magnifique écrin pour accueillir une organisation de cette envergure. Mais fallait-il encore le démontrer ?

Même à l’intérieur de l'Espace, les invités ont été reçus chaleureusement (Photos Alain Reynders)


À peine accueillis, les "photographes invités" ont été amenés à rejoindre, leur exposition où ont été disposées leurs œuvres sélectionnées.

(Photos Alain Reynders)

Parmi ces artistes, Gilles Courat, ce photographe breton nourri aux légendes de Brocéliande, lieu d’une partie de ses inspirations. Il est venu présenter une série photographique « Naissance d’une Dryade » imaginée et crée en collaboration avec la danseuse chorégraphe Céline Guillaume bien connue des spinaliens. Plusieurs fois durant le week-end la danseuse réalisera des interprétations oniriques devant les clichés du photographe qui a livré une part d’elle sur ses œuvres.

Gilles Courat et Céline Guillaume lors de leur arrivée (Photo Alain Reynders)

Céline Guillaume lors de sa chorégraphie (Photo Alain Reynders)


Dans une autre allée, le visiteur a pu découvrir Philippe Haumesser, ce photographe alsacien atypique, ambassadeur de la marque Canon pour l'image Prograf-pro 1000. Ce dernier a littéralement échangé sa maison de vie contre un loft brut à la « Manufacture 340 » de Mulhouse afin d’y créer un lieu unique où travail et vie vont s’accorder en harmonie et lui donner la possibilité d’y faire danser les étoiles, photographier, créer, exposer… Y faire vivre son art. Son expo « Douze méditations sur la beauté » va happer l’œil des badauds

Philippe Haumesser accueilli par le président Daniel Visse (Photo Alain Reynders)

(Photo Philippe Haumesser - site www.h3art.photo;com)


"Last but not lease", on retiendra aussi cette magnifique série de photos captées par le photographe animalier aquatique, Laurent Ouillet . Chaque épreuve est un régal pour les yeux et le visiteur a pu, directement s’approprier l’intensité de chaque rencontre entre l’animal et le plongeur qui tantôt apnéiste, tantôt flanqué de bouteilles s’est approché au plus près des squales, orques, baleines, crocodiles avec son harnachement photographique. En 2015, il a décidé de faire de sa passion, une profession : reconversion admirablement réussie

Laurent Ouillet lors de son arrivée (Photo Alain Reynders)

Laurent Ouillet devant ses clichés sous-marins (Photo Alain Reynders)

Une conférence au Lycée Claude Gelée pour Laurent Ouillet

(Photo : association "Grand Angle - Épinal")

Le jour précédant la biennale, le photographe s’est d’ailleurs rendu au lycée Claude Gelée devant près de 200 élèves. L'occasion pour ce photographe « avocat des océans » de présenter son travail et ses actions en faveur de la sauvegarde des écosystèmes marins. Le professionnel a révélé une partie de ses secrets techniques face à une assistance conquise et ébahie. Son expo intitulée « Émotions sous-marine » est entièrement définie dans son titre.

Vingt deux professionnels de la photo accessibles durant le week-end

Les 22 artistes photographes seront présents jusqu'à dimanche soir afin de rencontrer le public, expliques leurs choix et disserter tant sur la technique que sur le côté artistique de chaque photo.

Julie De Waroquier (69) « Rêvalités » Umbertha (Italie) « Les itinérantes » Alice Van Kempen (Pays-Bas) « Furbex » Louve Delfieu (50) « Liens invisibles » Laurent Ouillet (33) « Emotion sous-marine » Karin Caporal (78) « La forêt enchantée » Antoine Rémy (33) « Earth Matters » Alexandre Sattler (68) « Ode à la bienveillance » Frédéric Bourcier (69) « Mon pote à cinq euros » Gérard Brack (57) « Calcutta, le temps d’une vie » Gilles Courat (35) « Naissance d’une dryade » Fabien Dal Vecchio (04) « Mercantour » Marc Dubord (59) « Dos à dos » Jean-Pierre Duvergé (95) « Ethiopia » Franck Fouquet (52) « Fabuleuses Hébrides » Jean-François Graffand (12) « Echos du ciel » Philippe Haumesser (68) « Douze méditations sur la beauté » Robert Hechinger (68) « Les premiers de cordée » Marc Lamey (78) « Curiositas » Richard Le Manz (Espagne) « In our hand » Bernard Moncet (12) « Voyage au pays des Ukiyo-e » Jeff Mougenot (70) « Animalis Corpus ».

Une biennale à ne rater sous aucun prétexte.

Alain Reynders

266 vues0 commentaire
Carte de visite 1.jpg

Site d' infos vosgiennes. L'actualité qui vous ressemble avec Actuvosges.fr

bottom of page