top of page

Vosges - L’eau, cet « or bleu » que certains galvaudent et qui vient à manquer

La préfecture des Vosges a édité un arrêté sècheresse le 17 juin limitant l’usage de l’eau tant pour les particuliers que les professionnels. Les rivières ont commencé à dévoiler de façon impudique le fond de leur lit et le soleil a crevassé, sans retenue, le sol . Et pourtant…

Gérardmer, de l'eau puisée dans le lac pour venir au secours des gérômois (Photo Alain Reynders)

Une sécheresse qui inquiète

La région connaît la pire sècheresse de son histoire. Le mois de juillet a quasiment annihilé les précipitations. Seuls 13,5 mm d’eau ont été relevés durant ce mois à Gérardmer. Les autres années ce relevé affiche 10 fois cette valeur à la même date

Le souci ne vient pas uniquement de cet été torride, mais est malheureusement couplé à des mois d’hiver qui ont présenté un grand déficit de pluie et de neige…

Cette période de sécheresse est appelée à se poursuivre jusqu’au moins le 08-09 août. La situation est devenue, vraiment, alarmante.

« Pour avoir une petite idée de l’impact d’une journée ensoleillée sous 30 degrés, il faut imaginer que ce sont 4 à 6 mm d’eau qui s’évaporent. En juillet, il y a eu 15 fois plus d’évaporation que de précipitations » a expliqué le site Météo des Vosges.


A Bouzey, comme ailleurs, l'eau est venue à manquer (Photo Alain Reynders)

Gérardmer a prévu une disposition exceptionnelle.

À partir de ce mercredi 03 août dès 8 h, un apport d’eau d’importance sera puisé dans le lac afin de subvenir aux besoins de la population. Il est à rappeler que l’eau ne sera plus considérée comme potable et que des tests vont avoir lieu sur celle-ci.

Les touristes pointés du doigt

Très rapidement, certains autochtones ont dirigé leurs griefs envers les vacanciers et le tourisme de masse. D’autres ont critiqué cette explosion de chalets saisonniers et le remplissage de spas et piscines à l’envi. La situation a été considérée comme tendue, à un point tel que certains « rageux » ont décidé de percer les spas de secondes résidences gérômoises… Une attitude irresponsable, non réfléchie, qui obligera, évidemment, les propriétaires à réparer leur matériel de détente et à les remplir à nouveau.


(Photo illustration - Alain Reynders)


Dès lors, sont-ce des touristes qui sont réellement responsables ou ceux qui ont empoché les loyers des semaines louées, en pratiquant une spéculation anarchique? Sont-ce, à nouveau, les estivants qui doivent être mis à l'index, alors que nombre de vosgiens n’ont que faire des ressources se trouvant à leur disposition ?

Faut-il rappeler cet habitant qui arbore un jardin tropical d’ornement entretenu à grands renforts d’eau ou encore celui qui refroidit sa toiture à l’aide de son karcher, voire celui qui a détourné, à son seul profit, des sources d’eau qui depuis des lustres ont permis aux agriculteurs d’étancher la soif de leurs bovins ?

Il est vrai que l’incivisme et l’égoïsme se sont nichés dans chaque recoin de l’inconscience et qu’une profonde refonte des mentalités va devoir s’imposer en dehors de toute considération politique

Une eau, bientôt, plus chère voire trop chère !

Chez nos voisins (en Belgique) l’eau est appelée « l’or bleu ». Le prix moyen d’un m3 au plat pays est de 5.053 eurTTC . Ce sont des intercommunales qui depuis des décennies ont géré la distribution de ce liquide précieux.

(illustration libre de droits - Dreamstime)


En France , les Communautés de Communes ont souhaité adopter le même principe. L’eau distribuée par celles-ci coûte à ce jour, en moyenne, 4.14 euros/m3 dont la moitié est consacrée à l’assainissement.

Par contre, toutes les municipalités ne sont pas logées à la même enseigne. Si l’on prend celle d’Eloyes, celle-ci gère son eau et n’est pas encore soumise aux contraintes de la Communauté d’Agglomération. D’autres sont dans le même schéma pour encore un peu de temps. Le rattachement inéluctable à cette comcom va entraîner un surcoût conséquent. Dès cette année, les loyas ont entamé une mise en équilibre de prix en augmentant d’année en année et petit à petit le coût du m3 d'eau. À ce jour le m3 d’eau à Eloyes est de 0.61 eur/m3 pour l’eau potable + 1.14euros pour l’assainissement ce qui amène à un total appréciable de 1.75 euros/m3 TTC(soit 3.30 eur/m3 en moins qu’en Belgique)

Ce dernier montant (1.75)a déjà fait l’objet d’une augmentation de 0.29 eur/m3 par rapport à 2021. Une rehausse régulière aura lieu jusqu’en 2026, dernière date du transfert de compétence obligatoire à la Communauté de communes de la porte des vosges méridionales.

« Cette augmentation régulière est inéluctable. Notre prix, actuel, du m3 d’eau est très en dessous de celui pratiqué dans les autres communes qui sont déjà adhérentes à la comcom. Pour que la transition puisse se faire dans une relative douceur, nous n’avons pas d’autres choix » a expliqué en avril 2022 André Jacquemin maire d’Eloyes.

L’eau est un besoin vital.


L'eau est indispensable à l'homme et à la nature, sans elle, il n'y aurait aucune vie possible sur terre. Le constat est simple, tous les êtres vivants ont besoin d'eau pour exister. La terre étant, à ce jour, la seule planète du système solaire (jusqu'à preuve du contraire) à abriter la vie. L'eau est l'un des 5 éléments indispensables à la vie. Pensons-y, il y a urgence!

Alain Reynders

42 vues0 commentaire
Carte de visite 1.jpg

Site d' infos vosgiennes. L'actualité qui vous ressemble avec Actuvosges.fr

bottom of page