Remiremont – La Carnaval Vénitien a retrouvé son président-fondateur

Le torchon a brûlé dans les coulisses du Carnaval vénitien, à tel point que le maire de Remiremont a, même, tenté une médiation.



Des dissensions sont nées entre le bureau et les adhérents.

Selon Yves Chrétien, le nouveau président, les désaccords ont porté sur la non-présentation de documents comptables et a expliqué que ces derniers comportaient des erreurs. Bien que réclamés, à plusieurs reprises et notamment par lettre recommandée, les dits bilans n’ont pas été transmis pour les vérifications à opérer. Toujours selon Yves Chrétien, les dernières élections n’ont pas été légales et donc, ont été contestées.

Entretemps, Christelle Roggero la présidente qui est restée en place jusqu’alors a présenté sa démission, suivie de six membres du bureau. Elle aurait, entretemps et très récemment, déposé les documents comptables réclamés, à la préfecture des Vosges.

Une réunion a été organisée le 10 septembre.

Un nouveau comité directeur a été mis en place le 10 septembre, afin de pérenniser les activités de cette association chère aux romarimontains.

Ce comité s’est réuni à nouveau le 15 septembre pour élire, statutairement, son président. C’est Yves Chrétien, le fondateur de ce carnaval qui a repris les rênes de la présidence. Il sera épaulé par Isabelle Gury qui occupera la fonction de vice-présidente.

Le président a repris son poste abandonné fin 2017.

Le carnaval vénitien, c’est plus qu’une histoire d ‘amour pour ce passionné. C’est lui qui a lancé les premières sorties costumées dans les rues de Remiremont. Un petit groupe de moins d’une douzaine a parcouru les artères romarimontaines dès 1996.

Le succès grandissant, il a créé en 2002 l’association du » Carnaval vénitien de Remiremont ». Déjà 20 ans…Depuis cette date, l’association s’est développée sous sa direction, jusqu’en fin 2017.


En 2022, ce sont 250 adhérents qui ont figuré sur le listing de l’association. Forcément, Yves Chrétien n’a pu se résoudre à voir s’étioler cette structure ; ce qui allait être le cas si les dites dissensions persistaient. Sans jugement de ce qui a été fait et de ce qu’il reste à faire, on peut supposer que la pérennité de cet évènement annuel d’importance est sauvegardée.

N’est-ce pas l’essentiel ?

Alain Reynders

21 vues0 commentaire
Carte de visite 1.jpg

Site d' infos vosgiennes. L'actualité qui vous ressemble avec Actuvosges.fr