Remiremont - André Thomas en marche vers le ciel

Bien connu dans la cité des Chanoinesses, André Thomas s’est éteint à l’âge de 92 ans. Coiffeur de profession, il s’est engagé dans sa jeunesse dans le scoutisme puis s’est pris de passion pour la randonnée en montagne.



Le scoutisme a marqué sa jeunesse

Natif de Remiremont, André Thomas a exercé le métier de coiffeur dans la rue du Canton pendant des années ; sa clientèle lui était fidèle. Précisons que son grand-père et son père exerçaient déjà cette profession dans la cité. Marié à Janine Forterre, le couple a eu deux enfants. La vie d’André n’a pas été un long fleuve tranquille, loin s’en faut, le couple ayant dû surmonter des drames familiaux. Il avait perdu son épouse il y a déjà bien des années. Dans sa jeunesse, il a fait partie de la troupe Scoute 1ère Remiremont. Il aimait particulièrement partager ses souvenirs des années passées au sein du scoutisme avec les scouts des autres générations. Vétéran du scoutisme romarimontain, Jacques Guimbert, souvent accompagné de son épouse Annie, se rendait régulièrement à l’Ehpad du Chatelet pour lui rendre visite. Lors de ces visites, l’accueil d’André à ses hôtes était souvent quelque peu réservé, mais très vite l’évocation des souvenirs l’incitait à parler, lui faisant passer un bon moment.

Un grand nom de la randonnée nous a quittés

Nous avons questionné Robert Jacquot, président du Club Vosgien local, qui a très bien connu André Thomas pour avoir arpenté avec lui les sentiers de nos montagnes et d’ailleurs : « André Thomas vient de nous quitter, abandonnant ses sentiers pédestres pour ceux de l’éternité. Mais sa vie toute entière a été un long parcours sur les chemins et sentiers des Vosges. Fidèle parmi les plus fidèles au sein du Club Vosgien, Inspecteur des sentiers durant de nombreuses années, il fut le premier à organiser des séjours itinérants dans les Alpes, entouré d’une équipe de solides marcheurs au long cours et au sac chargé pour la semaine. Mais il est surtout à l’origine des GR sur le Département des Vosges. Tout commença en juillet 1972, lorsque les responsables d’alors du CNSGR( Comité National des Sentiers de Grandes Randonnées) ancêtre de la FFRP ( Fédération Française de la Randonnée Pédestre) décidèrent de créer un itinéraire Vosges Pyrénées qui suivrait la ligne de partage des eaux. A cet effet, ils contactèrent André Thomas, délégué départemental, pour faire démarrer ce projet. Et il entreprend le repérage du premier GR sur le Département, le GR 7 qui allait relier le Ballon d’Alsace à Andorre, soit le 2ème derrière le GR 5. Souvent accompagné de ses deux compères, Gaston Beretta et Jacques Guimbert, car il ne conduit pas, il a sillonné les parcours, du Ballon d’Alsace à Serqueux sur le GR 7, puis de Vittel à Vouthon-Haut sur le GR 714. Ce n’est qu’en 1977 que le parcours du GR 7 sera finalisé, soit 241 kms. L’image d’André restera gravée à tout jamais dans nos mémoires, ses pots de peinture et ses pinceaux dans son panier marqué du sceau rouge et blanc des GR. Il ne cessera, durant toute sa vie de militer pour la randonnée pédestre et en cela, cumulant des rôles importants à la fois au Club Vosgien et au CNSGR de considérer que nous n’avons qu’un seul but : la promotion de la randonnée pédestre, au-delà des clivages et des rouages fédéraux. Aujourd’hui, les relations entre les deux Fédérations sont au beau fixe et de nombreux projets communs ont pu voir le jour, comme le GR5F (sentier de la Moselle de Bussang à Coblence et sentier de la Déodatie et de la Vologne) et l’édition de tous les Topo-guides du Département des Vosges, dont le dernier en date est l’édition du GR5 sur le Massif ».

Des obsèques à l’abbatiale

Les obsèques d’André Thomas ont été célébrées jeudi dernier le 6 Janvier en début d’après-midi par l’abbé Claude Durupt. Malheureusement, relativement peu de monde pour assister à ses obsèques. Le père Durupt, mais aussi Robert Jacquot, lui ont rendu un hommage émouvant. N’oublions pas de préciser que la Croix Scout était posée sur son cercueil et que la prière scoute fut entonnée lors de la cérémonie. André repose désormais dans le caveau familial au cimetière communal de Saint-Nabord, aux côtés de son épouse.

J.C Bigorne

31 vues0 commentaire
Carte de visite 1.jpg

Site d' infos vosgiennes. L'actualité qui vous ressemble avec Actuvosges.fr