top of page

Nancy – Madeleine, Laëtitia Reynders, Martin Debuiche Ralph Benoît primés au restaurant "Parcelle"

Dernière mise à jour : 22 sept. 2023

"Parcelle", ce restaurant, ouvert il y a quelques semaines par le chef Martin, a accueilli l’escale de rentrée de « Lumières en arts » en présence de nombreuses personnalités de l’art et de la culture.

de g à dr : Ralph Benoît, Madeleine, Laëtitia Reynders, Martin Debuiche et Anne-Marie Laumond

Le chef Martin Debuiche, le premier lauréat de cette rentrée.

Avant de créer ce nouveau lieu de la gastronomie nancéienne, Martin Debuiche (ex-second de Jean-Pierre Vigato le chef étoilé de chez Apicius) a d’abord œuvré au restaurant « Racine » recommandé par le guide Michelin. Depuis 2020, le chef a, dans ce restaurant, décidé de faire bouger les lignes de la gastronomie et surprendre les plus fins palais. Mission réussie.

Homme de challenges, il a, alors, décidé de reprendre l’emplacement du 60 rue Stanislas, anciennement « Cap Marine », dont le chef Patrick Antoine partait à la retraite.

Après plusieurs semaines de travaux, il a créé et ouvert en juin 2023 le restaurant « Parcelle » qui, dès son ouverture, a fait montre de qualité et de finesse. Le jeune chef a revisité, par exemple le burger pour en faire un mets raffiné, loin des idées préconçues d’outre-Atlantique. Le lien du restaurant : https://parcelle-nancy.com/

Martin Debuiche dans son antre (Photo Alain Reynders)

Martin Debuiche a reçu son prix par Carine Gosserez-Koffi présidente de lumières en arts (Photo Alain Reynders)

C’est donc en ce lieu, chez lui désormais, que le jeune chef a été récompensé pour son audace culinaire, son talent et son appétence pour les produits frais., Le jury de Lumières en arts lui a remis, officiellement, le « Joker Or Excellence France en arts culinaires »

Un parterre de personnalités du monde la culture et des arts

Rassemblés autour de Areski Sadi, adjoint au maire et représentant Mathieu Klein, maire et président du Grand Nancy, on a pu reconnaitre, entre autres, nombre de personnalités parmi lesquelles Jean-Pierre Puton, photographe, fondateur de la biennale de l’image, Pascal Gavoille photographe et ami des stars, Nicolas Génot l'artisan-confiseur de la maison des « Sœurs Macarons », Ghislaine Dhalmann-Richard , Chargée de la communication ALMC, Claude Jean Antoine (Tito) président de Nancy Jazz Pulsations, Vano créateur de bijoux et orfèvre de l’Ecrin du Temps, La chanteuse-chorégraphe Libéra, Jérémy Huet président de Fantastika productions, Laëtitia Reynders, l’écrivaine d’Eloyes ainsi que Gilles Laporte, l’écrivain vosgien bien connu, Gil Georges, peintre et conseillère artistique, Sylvie Challal assistante de direction à la mairie de Nancy, Hélène Bandolo coach pro, Carine Gosserez-Koffi présidente du magazine et de nombreux membres de celle-ci.

Une partie des personnalités autour de Areski Sadi, adjoint au maire (Photo Alain Reynders)

Areski Sadi, adjoint au maire et représentant Mathieu Klein, maire et président du Grand Nancy, (Photo Alain Reynders)

Une partie de l'assistance (photos Alain Reynders)


Madeleine un fil rouge teinté de douceur bleu.

Elle a été l’invitée principale autour de laquelle la soirée s’est articulée. Madeleine est cette artiste, chanteuse bien connue dans l’hexagone et qui a pris un envol plus que mérité dans le monde de la chanson française. Il y a quelques jours, la chanteuse a sorti un nouveau clip-single intitulé « Ma vie » et qui, en quelques heures à peine, a atteint plus de 22.000 vues (et ce n'est qu'un début) sur « youtube » lien : https://www.youtube.com/watch?v=NgPvIYsFOrA

Madeleine a reçu le Trophée Joker Or de l'excellence musicale (Photo Alain Reynders)

Extrait du Clip "Ma vie" de Madeleine


Faut-il rappeler que cette pépite compose ses textes, mais est aussi une redoutable musicienne qui, sur scène, a déployé tout son talent en alternant durant ses chansons, l’utilisation de l’alto, le synthé et la guitare? Le tout, avec une maîtrise extraordinaire.

L'artiste a une formation musicale classique.

Pendant 12 ans elle a suivi des cours au conservatoire où elle a appris à jouer de l'alto/violon (son instrument préféré). Fan de musique elle a découvert le piano, la guitare et même du ukulélé qu'elle a joué sur scène

Pendant une année complète, Madeleine, s’est consacrée à l’écriture de son premier album entourée et conseillée par Omer son producteur. Ce dernier a ensuite coordonné les instrumentalisations.

Restait l’enregistrement à réaliser en studio. Pour ce faire, elle a été confiée aux mains expertes de l’équipe de Stromae. Elle l’a rejointe à Tel Aviv en Israël. Sous la tutelle de ces experts, les huit titres originaux de l’album « Tout ce qui reste inexpliqué » ont été mixés et remastérisés. Le résultat a été bluffant et a conquis une énorme public. En concert;, Madeleine c'est une boule d'énergie qui interagit avec son public en démontrant toute son empathie dans le partage de ses émotions, transmises par l’écho de ses mots. Elle a aussi assuré avec brio, des avant-premières d'artistes tels Benjamin Biolay, Bénabar ou encore, Emma Péters.


Madeleine en compagnie de l'écrivaine Laëtitia Reynders et l'artiste Libéra (Photo Alain Reynders)


Durant cette soirée de remise de prix, la douce Madeleine a été secouée émotionnellement par la sollicitude et la bienveillance, tant des membres de "Lumières en arts", que par les personnes de l’assistance. Tous ont été conquis par la gentillesse, le naturel et la simplicité de la jeune chanteuse.


Elle a reçu le "trophée du Joker d’or de l’excellence musicale", des mains de la présidente Carine Gosserez-Koffi, pour la qualité de ses textes et de ses compositions.

"Pour moi, c'est le premier prix que je reçois en région Grand Est, donc, pour moi il sera éternel" a-t-elle confié avec douceur

Complémentairement, elle a également reçu un magnifique montage en chocolat réalisé par l’artisan chocolatier spinalien, Philippe Lamielle.

Aline Sophie Maire, Vice présidente de Lumières en arts a remis, à Madeleine, la création chocolatée de l'artisan chocaolatier Philippe Lamielle (Photo Alain Reynders)


L'image qui a inspiré la création de Philippe Lamielle (Capture d'écran du clip "Les glaçons" de Madeleine )


Cette superbe réalisation unique, reproduisant une illustration d'un des clips de Madeleine a été créé en chocolat et en gingembre importés spécifiquement de Côte d'Ivoire. L’artiste a été touchée au cœur et en a été bouleversée. Émue, ébranlée, elle a déclaré non sans une touche d’humour : « C’est trop, je vais pleurer comme une madeleine ». Toute la soirée, la jeune fille a illuminé cet événement de sa présence.

L’écrivaine Laëtitia Reynders, à nouveau primée, pour ses 10 ans de carrière littéraire et l’ensemble de sa production livresque

Lætitia Reynders est née en Belgique, à Liège. Elle a été adoptée par les Vosges il y a quelques années et en est devenue leur digne représentante en tant qu’autrice de romans. Elle a toujours écrit, depuis son adolescence. En 2005, elle a gagné un concours de nouvelles en Belgique et s’est retrouvée publiée durant 5 semaines consécutives dans un grand hebdomadaire féminin. En 2012, elle a été éditée pour la première fois par une maison d’édition française pour son roman « Rouge Poison » qui a obtenu le prix du meilleur 1er roman. Ensuite, elle a été éditée pour tous ses autres livres par une maison d’édition belgo-britannique et en est, en 2023, à son 20e livre et plusieurs prix littéraires en Belgique et en France. Son dernier-né, « L’enfant qui murmure à l’oreille des corbeaux" a cartonné depuis sa sortie, à tel point que l’éditeur a été contraint à relancer une deuxième impression alors que la première avait déjà été conséquente.


de g à dr : Areski Sadi, Jean-Pierre Puton, Aline-Sophie Maire, Félicia Nicolaï rédactrice du Mag et la lauréate Laëtitia Reynders

de g à dr : Laëtitia Reynders, Libéra, Alain Reynders directeur Actuvosges, Madeleine, Félicia Nicolaï, Gilles Gosserez et Carine Gosserez-Koffi (Photo Pascal Gavoille)

Laetitia, c’est aussi une présence à plus de 260 salons en France, Belgique Luxembourg, Suisse, dont certains prestigieux comme le salon du Livre de Paris, de Genève, la Foire du Livre de Bruxelles, Salon du livre de Wallonie, Le Forum du livre de Saint-Louis, Trolls & Légendes, Les Rendez-vous de l’imaginaire en Brocéliande, les Imaginales… Elle a également été la marraine de grands salons comme Mon’s Livre, Atrebatia Arras, Salon du livre de Poitiers, Salon du livre de Montluçon et invitée d’honneur de tant d’autres. Bref, c’est une romancière appréciée tant pour la qualité de ses ouvrages que pour sa relation avec son lectorat qui lui est resté fidèle à travers cette décennie. Un point commun d’ailleurs qu’elle a partagé avec Madeleine, elle aussi très proche de ses fans. Les deux artistes ont d’ailleurs eu beaucoup de plaisir à s’entretenir sur leurs projets respectifs.

Laetitia Reynders,le chef Martin Debuiche et Madeleine (Photo Alain Reynders)

Au niveau des nouveautés, outre deux romans en cours d’écriture, Laëtitia a écrit, sur commande du Conseil départemental un conte musical en association avec le « Marching Band des Sans Pistons d’Eloyes », qui fera l’objet d’un spectacle en fin d’année 2023. Au niveau littéraire, elle a déjà été invitée à plusieurs grands évènements pour 2024 où son lectorat sera ravi de la retrouver Son souhait actuel? Être, un jour, invitée au « Livre sur la Place à Nancy » …

Laëtitia a reçu le prix « Coup de cœur Joker Or de l’excellence. »

Ralph Benoît un maître de l’image et meilleur ouvrier de France en photographie d’art

C’est un artisan de l’image, passionné par la photographie tant pour ce qu’elle peut offrir à l’œil, à l’imagination, mais aussi pour son pouvoir de conserver des souvenirs. « Faites des photos, imprimez-les et conservez-les ou encore faites vous prendre en photo. Toutes celles qui sont emmagasinées dans vos portables, ne serviront à rien si elles y restent sans utilité » a-t-il déclaré lors de cette remise de prix

de g à dr : Areski Sadi, Jean-Pierre Puton, Aline-Sophie Maire, Ralph Benoît et Madeleine (Photo Alain Reynders)

Ralph Benoît et Madeleine (Photo Alain Reynders)


Ralph Benoît, c’est également, à ce jour, à travers son studio « Mad Photo » situé 23 rue Saint-Dizier à Nancy, 10.600 projets réalisés, 4 500 photos retouchées, 10 titres de « Portraitiste de France » de 2001 à 2019 (mention Honneur) un record national du nombre de Certificats d’honneur, une mention « EuropeanPhotographers » en 2019 et dernièrement le titre de « Meilleur ouvrier de France en photographies d’art ».

Ce concours qui n’a lieu que tous les 4 ans a regroupé il y a, à peine, quelques semaines, 140 photographes concurrents. Seuls 9 d’entre eux, dont Ralph Benoît, ont décroché ce titre tant envié en fin juin 2023.

Ralph Benoît a reçu, ce 29 août, le prix « Joker d’or de l’excellence en photographie »


Un coup de cœur pour une cheffe-traiteur : Anne-Marie Laumond

(Photo Anne-Marie Laumond)


Depuis 25 ans Anne-Marie Laumond met son cœur, sa sensibilité son âme dans la confection des plats qu’elle a présenté au fil des ans à ses clients. Cette cheffe, diplômée de l’École hôtelière de Strasbourg, a formé des chefs et des traiteurs qui sont devenus des références dans le métier. Elle s’est consacré à des prestations à domicile, mais aussi à des événements d’entreprises, mariages et autres. Partout, elle a amené son amour pour le gustatif et les plats élaborés. Depuis toujours et en relais de son papa Prosper qui lui a transmis la passion pour ce métier, elle a aimé travailler les produits du terroir et les produits frais du jour. Elle a aussi beaucoup voyagé à travers l’hexagone à la découverte des mets authentiques, mais aussi en Allemagne, et même en Californie auprès de son frère.


Gilles Gosserez, Nicolas Génot et Anne-Marie Laumond (Photo Alain Reynders)


En 1994, elle a créé « Les dîners d’Anne-Marie » et s’est imposée, grâce à son concept et à sa vision de la vie gustative comme un des traiteurs incontournables de la région nancéienne.

Le petit futé en dit ce qui suit :


Anne-Marie Laumond a été présentée par Gilles Gosserez, directeur de "Lumières en arts" comme un coup de cœur de l’excellence en arts culinaires, plébiscitée par les lecteurs.

Madeleine, Vano de l’Écrin du Temps et Libéra (Photo Jérémy Huet)

Ralph Benoît, Madeleine, Vano, Libéra et Laëtitia Reynders (Photo Alain Reynders)


Pour conclure, Libéra l'artiste bien connue de la région nancéienne, mais aussi marraine de "Lumières en arts" a expliqué ô combien ces trophées avaient une signification toute particulière pour chacun et a félicité chaque lauréat du jour.


Après les remises de prix, les invités et nominés ont pu échanger ensemble autour d’une coupe de champagne et amuse-bouche raffinés préparés par le Chef Martin Debuiche au sein de son établissement « Parcelle ».

Alain Reynders

206 vues0 commentaire

コメント


Carte de visite 1.jpg

Site d' infos vosgiennes. L'actualité qui vous ressemble avec Actuvosges.fr

bottom of page