top of page

Gérardmer - "Babysitter" a interpellé les cinéphiles.

Les "Rencontres" du mercredi 6 avril se sont poursuivies, en soirée, par la projection du film "Babysitter" qui a été présenté par sa réalisatrice-actrice, Monia Chokri.


Mona Chokri est venue présenter "Babysitter"

Elle a été invitée à monter sur scène par Arnaud Toussaint, le directeur des cinémas Palace d’Épinal. La jeune réalisatrice franco/canadienne est venue expliquer la démarche de son film avec force et détails, le tout saupoudré de ce délicieux accent de l’autre continent.

Monia Chokri a précisé que son métrage n’avait aucune vocation moralisatrice mais a souhaité mettre en avant les conséquences d’un acte, un geste sexiste, pour le coup irréfléchi, sur l’inconscient et le conscient collectif.

Monia Chokri a expliqué son film avec douceur et humour (Photo Alain Reynders)

(Photo Alain Reynders)

Un film qui invite à la réflexion

Forcément on y retrouve des revendications de «# metoo », des excès de bien-pensance, de la misogynie ou pas ! Toute l’ambiguïté sur un geste posé qui va s’épingler comme le fil rouge du film.

Le métrage pose beaucoup de questions et ne fournit pas, nécessairement, de réponses. Le spectateur est amené à répondre lui-même selon sa conscience son ressenti, son analyse.

« Chaque continent a sa propre lecture du film selon les cultures, les traditions, les façons de vivre certaines situation. Je sais qu’au Canada, le film sera interprété différemment qu’en France, mais une chose est sûre c’est que d’un côté comme de l’autre, il va entraîner des discussions des dialogues, des échanges. En cela c’est déjà, pour moi, une réussite » a précisé Monia Chokri


L'affiche du film (photo Bac Films)

La réalisation a été montée, au départ comme un film assez classique, bien que les premières images filmées, avec un effet presque stroboscopique, démontrent que l’on se dirige vers autre chose. Et cet autre chose est devenu, en quelque sorte, un conte moderne qui a permis plus de légèreté, parce que cela reste, malgré tout une comédie ;

« Même si à la base il s’agit d’une comédie, pour moi, ce film est un peu un ovni qui bouscule les codes du genre et se dirige vers d’autres plus surprenants » a précisé la réalisatrice

Nadia Tereszkiewicz dans le rôle de la Babysitter.

La babysitter (photo Bac Films)


«Pour jouer la Babysitter j’ai souhaité faire le choix d’une jeune actrice qui n’avait pas encore trop de références . Par contre, retenez bien le nom de Nadia Tereszkiewicz, parce que ces prochains mois vous allez la voir dans d’autres productions où elle a eu, pour certaines, des rôles principaux » a prévenu Mona Choukir.

Effectivement cette jeune actrice de 25 ans, a fait partie des « révélations » aux Césars 2020 a joué récemment un des rôles principaux dans le film « Tom » de Fabienne Berthaud. Avant cela on l’a aperçue dans le film « Sauvages » de Dennis Berry, dans « Seules les bêtes » de Dominik Moll ou encore dans deux épisodes de la saison 4 de « Dix pour cent » ou dans le rôle de « Natalie » dans « Possessions ». Une jeune actrice en devenir qui a démontré l’étendue de son talent, notamment, durant ce film « Babysitter »

La date de sortie, en salles, de Babysitter est fixé au 27 avril 2022 (durée 1 h 28 minutes)

A ne pas rater.

Alain Reynders

9 vues0 commentaire
Carte de visite 1.jpg

Site d' infos vosgiennes. L'actualité qui vous ressemble avec Actuvosges.fr

bottom of page