top of page

De Plainfaing à Paris – La Vosgienne Mademoiselle Serge a enthousiasmé les spectateurs du théâtre de "La Nouvelle Seine".

Première vraie expérience parisienne pour Muriel, notre « Mademoiselle Serge », habitante de Plainfaing qui s'est produite ce vendredi 31 mai au théâtre de la Nouvelle Seine, une péniche culturelle en bord de Seine

A Paris, la Vosgienne a conquis les cœurs (Photo Michel Laurent)

Une gageure où tout pouvait basculer

C’est forcément le trac tenaillé au ventre que l’humoriste vosgienne a fait ses premiers pas sur la scène de cette résidence artistique sur Seine . Conquérir un public, parisien de surcroît et réputé pour son intransigeance, n’avait rien de rassurant. Et pourtant …

« Tout y était, je n’ai aucun regret, je n’aurais pas pu m’amuser plus que ça !

J’ai ri de mes bêtises ! J’ai pris un plaisir fou à raconter mes tranches de vie, à taquiner mon public comme à mon habitude, et les rires étaient là.

Dès les premières minutes, les rires ont rempli cette magnifique péniche, mon cœur s’est rempli d’amour et nous avons fini par danser tous ensemble. Je n’oublierai jamais cette soirée » a confié Muriel sur son profil facebook par un texte titré « Pari(s) réussi ».


(Photo Olivier Georges)

Un lieu atypique courtisé par les Parisiens branchés

"La Nouvelle Seine", c’est l’histoire d’un équipage provenant d’univers différents.

Depuis 2013, les "matelots" ont embarqué dans une péniche au pied de Notre Dame de Paris, pour créer un nouveau lieu de rencontres et de découvertes artistiques et culinaires !

Avec son restaurant, son bar et sa magnifique salle de spectacles au sein de son théâtre, "La Nouvelle Seine" est devenue une adresse incontournable des quais parisiens.



Un spectacle retravaillé pour l’occasion :

Une version spéciale a été créée pour l’occasion, en collaboration avec la metteuse en scène @Dalia Bonnet, qui a donné un supplément de couleur et du relief aux textes de l’humoriste. C’est qu’un passage à Paris, cela ne s’improvise pas… Il fallait que le succès soit, au moins, égal à ce qu’il s’est passé sur les terres vosgiennes. Or, Paris, ce n’est pas le territoire vosgien.

Forcément, Muriel a été en proie aux doutes. Pendant des mois, elle a pensé et repensé à quel impact auraient ses interventions Remises en question, moments de panique, illusions, désillusions, trac et tant d’autres sentiments ressentis avant la libération : les rires de l’assistance et le succès au bout de la représentation


"Mademoiselle Serge", une humoriste, une artiste qui a travaillé dur depuis des années

Au départ, Muriel a été professeur d’EPS. Une expérience dans laquelle elle a été pêché quelques anecdotes servies en spectacle.

Nous l’avions rencontrée et interviewée en février 2024 au « Festival Fantastik’Art de Gérardmer » où elle a officié en tant qu’Ambassadrice du Festival auprès des comédiens, auteurs et réalisateurs invités.

Lors de l'interview à Gérardmer en février 2024 (Photo Actuvosges)

Interview :

Actuvosges : Depuis quand fais-tu rire tout le monde ?

Mademoiselle Serge : « Oooh cela remonte bien loin. Déjà enfant, j’aimais amuser la galerie et jouer des saynètes. Ma maman, qui a été directrice d’école, m’a fait jouer dans la troupe de théâtre de Plainfaing. Puis lors des anniversaires, j’adorais faire des trucs en me déguisant en une autre personne et je rentrais dans un rôle. »


AV : Premier déclic ?

MS : « Plus ou moins. Le plus marquant a probablement été celui déclenché après l’arrivée de mon troisième enfant, Ambre. Nous étions en 2011 et comme beaucoup, j’ai été une maman dépassée, débordée et j’ai emmagasiné nombre d’idées de sketches. J’avais envie de poser ça là. Mais ce n’était pas encore le bon moment.»

AV : la suite allait arriver bientôt?

MS : « En 2014, je me suis fait aidée pour mes textes et j’ai joué ceux-ci en scène ouverte au Théâtre de Nancy, puis à Mulhouse… Plus tard, ce sera l’année 2017 qui va me conforter dans mes envies. J’ai eu le privilège de faire la première partie de Caroline Vigneau. Là, j’ai eu la réponse à mes questions et tous mes doutes ont été levés. C’est cela que je veux faire ! Les choses se sont enchaînées et j’ai eu d’autres opportunités, dont celle de pouvoir jouer 3 dates au Festival Origines en juillet 2017. Du coup, j’ai démissionné de l’Éducation Nationale et suis devenue, en 2019, une intermittente du spectacle avec tout ce que cela implique. En 2022, j’ai eu la chance de pouvoir jouer dans le spectacle « Cendrillon balance tout » (adaptation du livre éponyme, "Cendrillon Balance Tout" une pièce de Trinidad. Le conte de fée a été revisité !) au festival d’Avignon aux côtés de Dalia Bonnet »


AV : sauf erreur on voit, aussi et souvent, ta frimousse souriante dans nombre de magazines ?

MS : « Et oui, c’est une autre corde à mon arc…Je joue le modèle pour des marques, entreprises et notamment pour Créaline à Gérardmer, Le Bol d’Air, Sport Passion de la Bresse, les Tissus de Gisèle, Là-Haut et Spa et même pour la Confiserie des Hautes de Vosges (CDHV) de Plainfaing où j’ai un partenariat en participant à la création de recettes."


AV : et je me suis laissé dire que tu avais aussi des talents de cascadeuse ?

MS : (rires) Et bien oui, et même sérieusement, j’ai eu une scène à jouer dans le film « Le Torrent » d’Anne le Ny, avec José Garcia. J’ai interprété la scène où l’épouse de José Garcia (Ophélia Kolb) chute dans le torrent. La nana que l’on voit tomber… C’est moi !"


AV : 2023, a été une année assez chargée pour toi ?

MS : « Ben, disons que j’ai réalisé 9 ou 10 dates et joué devant plus de 2.000 personnes, ce n’est pas rien. En 2022 j’ai fait la première partie d’Olivier De Benoist qui est génial et ce sera encore le cas en 2024 (février 2024 à Saint Jean d’Ormont) . C’est cool parce qu’il y a énormément de personnes à ses spectacles. »


AV : On sait, parce que tu ne t’en caches pas, que tu te bats contre la maladie. Cela, te rend-t-il encore plus forte, plus déterminée ?

MS : « C’est vrai que je ne cache rien. Je suis sans filtre et je communique beaucoup sur mon cancer, sur ma lutte et ce, même dans mon spectacle, j’en parle. Quelque part, l’évoquer, la chambrer est ma meilleure thérapie. D’ailleurs, une de mes maximes est : la guérison par le rire, un point c’est tout ! »


AV : tu as aussi fait nombre de premières parties d’artistes connus ?

MS : « Ouuuii il y a eu Artus, Bigard, Gil Alma, Elie Semoun, Smaïn… Que du bonheur »


AV : et tes projets ?

MS : « Il y en a plein. Bientôt un court-métrage dans le cadre du Nikon Film Festival va sortir (mai 2024) et dans lequel j’y ai joué le rôle principal . Il s’appelle « Consumée » sur le thème du feu. C’est réalisé par Axel Pozza et c’est également avec Tristan Mangeot de Nancy. Il y a aussi un projet parisien à venir, et d’autres dates à définir pour mon spectacle Gai Rire 2.0. "


Extraits du court-métrage "Consumée"


Nous retiendrons avec plaisir ce succès parisien et gageons que "Mademoiselle Serge" va encore mettre nos zygomatiques à rude épreuve.

Alain Reynders

567 vues0 commentaire

Comments


Carte de visite 1.jpg

Site d' infos vosgiennes. L'actualité qui vous ressemble avec Actuvosges.fr

bottom of page