top of page

Cornimont – Rando’nett Hautes Vosges se lance dans le « Récup’Art ».

A la Saint-Valentin, les amoureux les plus imaginatifs se sont, parfois, trouvés à court d’idée. En voici, une, pas banale qui risque, à tout le moins, de surprendre l’être aimé.


Une idée pour La Saint-Valentin. Comme un amour, celles-ci ne faneront pas... (Photo Yoann Crouvezier)

Des milliers de kilos ramassés au cours de l'année

L’association Rando’nett s’est spécialisée dans des « randonnées-récoltes » d’objets divers abandonnés le long de nos routes, bois, sentiers et talus.

Ces milliers de kilos de ferrailles, papiers et autres sont alors transportés en déchetterie pour de nouveaux tris. C’est alors que Yoann Crouvezier le dynamique président s’est interrogé sur le devenir de certains d'entre-eux, dont les canettes qui sont en "top 1 " des déchets balancés ci et là.

Abigaëlle et Yoann lors de leurs sorties. (Photo Yoann Crouvezier)

En cherchant, sur le net, un moyen de les recycler autrement, yoann a aperçu des posts où ces canettes sont transformées en différents autres objets afin de retrouver une nouvelle vie. Parmi celles-ci, il a découvert de véritables créations artistiques.

Le déclic

« Et là, je me suis dit : et pourquoi pas ? J’ai la matière première qui ne me coûte que d’aller les ramasser. Non seulement, on débarrasse les bas-côtés de nos rues mais en plus on fait revenir ces « détritus », à nouveau, dans les maisons de la plus noble des manières »

Tout un processus avant l’éclosion

Afin de commencer par des modèles accessibles, Yoann s’est essayé à la confection de roses à partir des dites canettes. Celles-ci sont nettoyées, désinfectées puis découpées soigneusement en respectant un gabarit. Des feuilles métalliques sont ainsi créées et ensuite assemblées, une à une avec minutie. Il faut au moins une heure pour constituer une rose.

Les membres, même les plus jeunes, se sont pris au jeu

Yoann a pu aussi compter sur l’aide de sa jeune fille Abigaelle pour s’atteler à la confection. Il faut souligner que la demoiselle de 9 ans, à peine est un membre très actif de l’association et qu’elle s’est toujours sentie très concernée par le respect de l’environnement. Bon sang ne saurait mentir…

Une heure est nécessaire pour réaliser chaque rose (capture d'écran Tik Tok Rando'nett)


Les adhérents se sont succédés dans le salon du présidente transformé en atelier éphémère afin de créer, ensemble, ces fleurs métalliques qui seront mises en vente au profit de l’association.

Des fonds nécessaires pour poursuivre les actions écologiques


(Photo Yoann Crouvezier)


« Notre association ne récolte que quelques centaines d’euros par an pour subsister. Nous recevons aussi de quelques aides des mairies et collectivités au niveau logistique et parfois, même, ce sont des particuliers qui nous remettent du matériel. Il y a peu, la mairie de Remiremont nous a remis 500 paires de gants qui nous seront bien utiles. Mais, parfois, on a besoin d’acheter l’une ou l’autre chose spécifique et souvent, par manque de fonds, on suspend l’acquisition. Nous espérons que ces roses trouveront preneurs dans le cadre des Saint-Valentin ou autres occasions. Nous en avons créé cinquante et les sommes récoltées, par leurs ventes, nous permettront d’aider l’association » a conclu le sympathique président.

Les roses sont vendues au prix de 5 euros pièce et 8 euros par deux exemplaires. Il sera encore possible (selon les stocks) d’en acquérir au marché de la Bresse le dimanche 13 février


De la canette à la fleur....Une transformation réussie (Photo Yoann Crouvezier)

Il faut préciser que ces fleurs, une fois terminées sont de véritables œuvres d’art et qu’en plus, pour une fois, ces métaux abandonnés vont servir la nature…

Alain Reynders

239 vues0 commentaire

Comentarios


Carte de visite 1.jpg

Site d' infos vosgiennes. L'actualité qui vous ressemble avec Actuvosges.fr

bottom of page