top of page

Épinal – Les Imaginales ont tenu leur rang.

Dernière mise à jour : 2 juin 2023

Il n'a pas fallu se cacher beaucoup pour deviner que certains ont attendu le coup d’envoi des Imaginales 2023, pour tenter des comparaisons et chercher ci et là des éléments pour dénigrer. Et pourtant…

Gilles Francescano, le directeur artistique et Patrick Nardin, maire d'Epinal (Photo Alain Reynders)

Une nouvelle version qui a convaincu le public

L’ensemble du parc du cours a été investi de milliers de visiteurs durant ces 4 jours où la fantasmagorie a côtoyé la féerie jusqu’au cœur de la cité des images. La ville d’Épinal a vécu le festival et un peu partout il a été possible de prendre le pouls des Imaginales, tant le spinalien a vibré du matin au soir pour ce double évènement, image d'une ville tournée, résolument, vers le futur...

Les allées dans le Parc du Cours (Photo Dominique Andrès)

Vendredi fin de journée le long de la Moselle au Parc du Cours (Photo Alain Reynders)

Des libraires plus timorés dans leur analyse, mais qui ont avancé une explication réaliste.

Cette édition a été contrainte, au niveau calendrier, de supporter le pont de la Pentecôte, où nombre de célébrations familiales ont été de mise. D’autres, encore (paroles de lecteurs habitués) ont profité de ce premier, vrai week-end printanier, pour se faire la belle, dès le vendredi et ont laissé la place à un autre public, peut-être, moins bibliophile et plus tourné vers les activités extérieures.

« Par rapport à certaines autres années de festival, on a noté une baisse d’achat de +- 30 % le jeudi, puis – 15 % le vendredi, avant de revenir à un équilibre samedi et dimanche», a confié un des libraires de la bulle du livre.

« Il faut tout remettre dans son contexte. L’année 2022 a été exceptionnelle, d’abord parce que c‘était l’édition anniversaire, mais aussi parce que c’était la première année depuis 2019, que les Imaginales retrouvaient la formule initiale Parc du Cours. Forcément, cela a joué et cette année là, certains auteurs étaient revenus, en cité spinalienne avec plusieurs nouveaux titres. Mathématiquement, les chiffres ne pouvaient être que favorables en 2022 » a complété un éditeur habitué des Imaginales.

Les auteurs ont dédicacé et rencontré leur public fidèle (Photo Alain Reynders)

Moins de monde dans la bulle du livre ?

C’est possible, mais les organisateurs ont rappelé que celle-ci a, non seulement été agrandie en longueur, mais aussi que les allées ont été élargies pour une question de fluidité, d’où cette impression de plus d’espace. D’autre part, la grande offre d’activités, en dehors de la "Bulle du livre", a aussi maintenu plus longtemps du public à l’extérieur. Les "Magic Mirror" ont vu défiler nombre de conférences, de tables rondes ou encore ont invité le badaud à plonger dans un pôle immersif, découvrir la bulle du jeu et pléthore d’activités extérieures. Ceci explique en partie cela…

Puis, pour le reste, ils ont été quelques-uns à vouloir attendre et voir comment la nouvelle équipe allait gérer la transition. Pari réussi pour cette dernière et déjà, des indécis restés chez eux, ont fait part, sur les réseaux sociaux, de vouloir faire partie de la prochaine édition en 2024.

Dans la bulle du livre (Photo Les Imaginales)

Rencontre avec Chyc Polhit dans le pôle immersif (Photos Alain Reynders)


Un village Body Painting qui a, de nouveau, séduit.

Ils ont été 40 modèles à se prêter au jeu. Il a fallu un esprit volontairement chagrin, pour ne pas reconnaître la grande qualité des fresques dans lesquelles les corps se sont perdus, se confondant dans l’arrière-plan, tels des caméléons éphémères. Sous la houlette de Kazim 2 C, des personnages hauts en couleurs ont déambulé sous les regards admiratifs des festivaliers

Photos Vgh Aubert


Captures écran Vosges TV


Des soirées hautes en couleurs

De la couleur, même la nuit, grâce à la "Fête des Images". Celle-ci a maintenu le festivalier dans le centre historique de la ville pour y admirer moult projections de "mapping" (projection d'images vidéos sur un volume - vidéo adaptée à un support) et ateliers de travail sur les façades spinaliennes. En point d'orgue, la Place des Vosges, entièrement recolorée et bercée par les notes du Philharmonique d’Épinal jusqu'en fin de soirée. Sous la houlette de Marie Jeanne Gauthé la coordinatrice artistique de cette partie, différents lieux architecturaux d’Épinal se sont animés et ont fait pétiller les yeux

Photos de la Fête des Images : Dominique Andrès




Un directeur artistique omniprésent :

On n’a jamais vu, de mémoire d’Imaginales, un directeur artistique présent de bout en bout et partout. Certains plaisantins, se demandant même si Gilles Francescano n’avait pas été cloné ou si la mairie n’avait pas eu recours à des hologrammes. Point de tout cela : juste un passionné qui a eu à cœur de rassembler de fédérer de rassurer et de s’enquérir de toute information.

« Je suis assez satisfait, tant du déroulement, que de l’offre proposée en un temps de préparation record. Tout le monde y a mis son cœur et les services de la ville ont œuvré énormément à la réussite de cet événement. Bien sûr, il y a des petites choses à peaufiner et je les ai notées au fur et à mesure. On reverra tout cela lors des réunions, post-festival » a précisé le directeur.

Gilles Francescano (Photo Alain Reynders)

Le mot de la fin au maire Patrick Nardin

« On peut estimer la fréquentation à plus ou moins 40-45.000 personnes sur les 4 jours. On a souhaité augmenter le rayonnement du Festival pour lequel on a une ambition européenne. La littérature, dans tous ses genres, reste l’ADN du festival et peut s’associer à tant d’autres thématiques. Sur cette base, on a fait le choix d’y associer la "Fête des images" qui a présenté une réelle qualité artistique et qui a mérité une attractivité supplémentaire. Cette "Fête des Images" a, sans nul doute, été une réelle plus-value aux Imaginales 2023 et ce ne sont pas les milliers de spectateurs restés en soirée qui me démentiront.

Valérie Michel-Moreaux, préfète des Vosges, Patrick Nardin, maire, Gilles Francescano, directeur artistique Imaginales, devant les invités (Photo Alain Reynders)

Les équipes de la Ville associées à l’inventivité et l’investissement de Gilles Francescano auront démontré aux plus dubitatifs que les Imaginales sont reparties vers une nouvelle ascension et on ne peut que s’en réjouir » a précisé le maire.

Dimanche soir, déjà, les services de la ville se sont mis à l’ouvrage pour entamer la remise en état du Parc, alors que les responsables de ce double festival ont déjà le nez plongé dans les notes pour la prochaine édition en 2024.

Alain Reynders

142 vues0 commentaire

Σχόλια


Carte de visite 1.jpg

Site d' infos vosgiennes. L'actualité qui vous ressemble avec Actuvosges.fr

bottom of page